Manifestations jubilaires à Saint-Jean-Pied-de-Port

 Mardi 27 juillet - LA MADELEINE - SAINT JEAN PIED DE PORT
- 10H, Eglise la Madeleine de Saint-Jean-le-Vieux : randonnée commentée sur le chemin de Saint-
Jacques de Compostelle (facile environ 10 km)
- 17H, St Jean Pied de Port : conférence de Bertrand SAINT-MACARY, président de l’association des Amis du Chemin de Saint-Jacques en P/A
- 21H, Concert de l’ensemble CUM JUBILO (directriceartistique : Catherine Ravenne)
« Jacobus », chants de Compostelle au XIIiéme siècle

 

 

CUM JUBILO
L’Ensemble Cum Jubilo est né en 2003. Ce projet a été longuement mûri par sa fondatrice Catherine Ravenne, après de nombreuses années de pratique et d’étude du répertoire médiéval, avec le désir de transmettre au public l’intense jubilation des chants de nos ancêtres à partir d’un travail que l’on peut qualifier d’archéologie de la musique.
Par delà les siècles la musique médiévale demeure fascinante et mystérieuse : on ne saura jamais vraiment comment on la chantait à l’époque de sa création. Mais au travers des manuscrits cette musique continue de nous parler, elle fait partie de nous, de notre culture, elle reste extrêmement vivante et actuelle.

L’écriture en neumes nous restitue l’élan initial, avec ses contours mélodiques simples et naturels. Les accents des textes nous permettent de retrouver la liberté d’expression inhérente à la musique non mesurée, sans pulsation régulière. Les modes anciens sur lesquels elle est basée lui donnent ces résonances étranges qui fascinent tellement les auditeurs d’aujourd’hui.
Il nous reste également un précieux support pour notre inspiration : tous les témoins de l’art roman puis gothique, en particulier nos merveilleuses églises dans lesquelles la musique médiévale peut trouver sa résonance et s’épanouir librement.
L’objectif de Cum Jubilo est de retrouver / recréer une interprétation des monodies et polyphonies médiévales qui reste la plus proche possible des manuscrits d’origine afin d’en conserver l’esprit et d’en dégager la dynamique jubilatoire.
C’est donc une interprétation vivante, riche de l’émotion contenue dans cet élan vers le divin, que nous recherchons, en s’adaptant à chaque fois au lieu où nous nous trouvons, dans une mise en espace qui nous permet de jouer avec les différentes acoustiques dans une mouvance constante, chaque lieu ayant sa résonance propre.
L’esprit qui nous anime nous conduira dans l’avenir à faire appel à des compositeurs actuels, la nécessité de ce prolongement étant pour nous une évidence.


Mis à jour le samedi 24 juillet 2010
Répondre à cet article