Le « camino francés » est-il trop fréquenté ?

Il est certain que le chemin a été promu bien au-delà de la capacité des services proposés aux pèlerins et les refuges sont complets bien avant la haute saison. Ceci oblige souvent les marcheurs à partir de plus en plus tôt chaque matin pour s’assurer un lit au prochain refuge et ceci du printemps jusqu’à l’automne. Cela constitue souvent une nouvelle épreuve ajoutée à la dureté physique du chemin. Vous pourrez consulter les statistiques des pèlerins arrivés à Santiago sur le site www.archicompostela.org, site de l’Archevêché de Santiago.
Mis à jour le mardi 17 novembre 2009
Répondre à cet article