DELMARRE Marylène - La dame aux petits pas.

Année de parution: 2006
Langue: Français French fr

(FRA. Villieu, Delmarre. 2005) (FRA. Metz / Vandoeuvre lès Nancy. C.Comm. 2006) : "Le Chemin de Compostelle. Genève - Le Puy". récit

Mis à jour le lundi 18 mars 2019
Répondre à cet article
  • Décembre 2009
    20:14
    DELMARRE Marylène - La dame aux petits pas.
    par Bernard Delhomme

    Marylène vient de faire (après bien d’autres chemins) son chemin – son chemin de Genève au Puy. Elle a raison, Marylène, c’est bien son chemin et il n’y en aura certainement pas d’autre comme le sien. C’est une exclusivité, une expérience unique, faite dans un temps unique, en vivant des moments spéciaux et uniques.
    C’est une richesse extraordinaire ….

    Elle a écrit – elle veut dire – elle veut transmettre ! quel grand cœur, car je crois qu’elle est vraiment sincère et qu’elle va faire le maximum pour vous le dire ce Chemin, son Chemin. Mais …

    Ce que j’ai saisi, ce sont les paysages, ce sont les montées, les descentes, la pluie, le soleil, l’orage, les forêts ……
    Ce que j’ai saisi, ce sont les rencontres diverses – ceux qui marchent et ceux qui regardent passer …
    Ce que j’ai saisi, ce sont les accueils –ceux qui ont ouvert leur maison avec toute la chaleur de l’ouverture à l’étrangère …
    Ce que j’ai saisi, c’est l’attention fraternelle des amis qui ont fait un bout de chemin avec elle ……

    La seule chose que je puisse faire, que vous puissiez faire, c’est de lire, de fermer les yeux et de vivre à votre tour tout ce qu’elle vous confie et de les vivre pour vous
    – là, vous serez en communion avec Marylène, pèlerine !

    Bonne lecture - Lyon, le 18 février 200

    Jean DOFFAGNE

    Président de l’Association Rhône-Alpes
    des Amis de St-Jacques

  • Décembre 2008
    21:12
    DELMARRE Marylène - La dame aux petits pas.
    par Bernard 64

    Préface :

    "On n’écrit pas pour devenir écrivain, mais pour rejoindre cet Amour qui manque à tout amour" (Christian Bobin dans "La part manquante")

    Je ressens quelque chose de cet ordre là, tu écris pour aller plus loin que ton "petit" chemin, pour découvrir quelque chose d’intime qui t’a appartenu, mais qui ne t’appartient plus vraiment car il relève de l’amour universel...

    C’est le Grand Chemin !

    André Weill