ROSSEL François - A fleur de terre.

Année de parution: 2002
Langue: Français French fr

(CHE. Yvonand, Temps Suspendu. 2002) : avec son âne, de Neuchâtel à Compostelle, et retour par l’Andalousie et la Catalogne.

Mis à jour le mardi 19 mars 2019
Répondre à cet article
  • Décembre 2008
    13:48
    ROSSEL François - A fleur de terre.
    par Bernard 64

    Ce livre relate un voyage qui part des rives du lac de Neuchâtel pour une longue marche jusqu’à l’océan Atlantique, en Espagne, puis sur les rives de la Méditerranée, pour la longer jusqu’aux Pyrénées, traverser à nouveau la France et rentrer en Suisse romande. Gardant le fil rouge du chemin effectivement parcouru, la chronologie est souvent bousculée par des récits historiques. Ces perpétuels aller et retour dans le temps reflètent l’attachement de l’auteur au passé, ainsi que les découvertes effectuées au long du chemin.

    Ce récit prouve qu’au XXIe s., il est encore possible de voyager avec un moyen de transport ancestral, la marche en compagnie d’un animal bâté, base du commerce et de l’échange des idées philosophiques et spirituelles, des découvertes technologiques, et ce depuis l’aube des temps.

    L’enrichissement spirituel et un certain dépouillement matériel sont deux effets complémentaires de la pérégrination. Vivre simplement fait rentrer dans la vraie société d’abondance, celle où les besoins sont limités à l’essentiel, et donc faciles à satisfaire.

    Marcher sur le chemin des étoiles – baptisé plus tard chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle - a emmené l’auteur dans l’Espagne du Moyen Age, quand le nord de la Péninsule ibérique abritait de minuscules royaumes chrétiens ayant gardé des traditions liées aux cultes des cycles naturels ; quand la Cordoue musulmane rayonnait comme un phare de culture dans toute la Méditerranée, répondant à Byzance, Alexandrie et Bagdad ; quand les communautés séfarades n’avaient pas encore été exilées et que les Hommes du Nord étaient les maîtres des côtes atlantiques.

    Depuis sa plus tendre enfance, François Rossel a toujours été intéressé par le passé des sociétés dans lesquelles il se trouve et que, par la suite, il s’est mis à étudier. Son intérêt pour le Moyen Age occidental l’a, très tôt, emporté sur ses autres sujets de préoccupation historique. Il a affiné sa formation universitaire en se spécialisant en archéologie et en ethnologie-anthropologie. Depuis lors, il vit cette expérience, en pratique, dans les différentes niches culturelles de notre société marchande.