MOREAU Manon - Le vestibule des causes perdues.

Année de parution: 2011
Langue: Français French fr
(FRA. Queyrac, Delphine Montalant. 2011) : roman
 
Mis à jour le lundi 21 mars 2011
Répondre à cet article
  • Avril 2011
    11:50
    MOREAU Manon - Le vestibule des causes perdues.
    par Nina

    Un délice que ce livre dans lequel on s’abandonne avec délectation, séduit par la fine écriture ciselée et l’intelligence des mots qui nous portent. Un beau cadeau à se faire ou à faire autour de vous !

  • Mars 2011
    18:51
    MOREAU Manon - Le vestibule des causes perdues.
    par Zo

    Un beau roman, émouvant, que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. Le personnage de Sept Lieu, et ses airs d’homme des vallées perdu est très bien trouvé. Et puis Tom Waits..
    Merci à l’auteur, qui nous fait passer un beau moment sur son chemin avec ces pélerins,

  • Mars 2011
    18:55
    MOREAU Manon - Le vestibule des causes perdues.
    par lala

    j’ai lu ce livre, c’est un roman, mais il nous emmène sur le chemin et pour ceux qui connaissent le chemin, c’est vraiment comme y retourner, en compagnie de tous les personnages... à mon avis l’auteur est un ancien pèlerin.

  • Mars 2011
    09:52
    MOREAU Manon - Le vestibule des causes perdues.
    par Bernard Delhomme

    C’est l’histoire de Mara, de Robert, de Sept Lieues, d’Henrique, de Bruce, de Clotilde, de cet homme qu’on appelle Le Breton, de Flora et d’Arpad. Un retraité, un joueur de guitare, un cow-boy, un exégète de Claude Simon, une brunette maigrichonne, un taiseux, une grande bourgeoise fatiguée, un gars que la vie un jour a pris pour un punching-ball… L’histoire de gens qui dans leurs existences urbaines n’avaient aucune chance de se croiser, mais qui tous, un jour, enfilent de grosses chaussures, un sac à dos, et mettent le cap vers les confins de l’Espagne, le bout du monde, la fin de l’Europe : Saint-Jacques-de-Compostelle. Sans se douter que ce chemin vieux comme les contes emporte ceux qui l’arpentent bien plus loin que ce qu’ils pouvaient imaginer.