Sanabres début mars. René65 8 janvier 2018

Bonjour à tous.
J’envisage de partir sur le Sanabres début mars prochain, le 5 mars plus précisément au départ de Zamora .
Pour ceux qui ont l’expérience de ce Camino, pensez-vous que la saison soit adaptée ? on passe à des altitudes de 1400m quand même !
Je continuerai par le Camino Inglés à l’envers jusqu’à Ferrol.
Qu’en pensez-vous ?
Merci de vos conseils.
René65

Jean-Pierre HERRIAU
15 janvier 2018
on

Sanabres début mars.

Bonjour René,

Mon épouse et moi avons fait le Camino de la Plata de Séville à Santiago 43 jours après la mi-mars à fin avril 2017. Nous avons eu tous les temps. Le premier jour, après de fortes pluies, étions obligés de franchir un ruisseau en sous vêtements, pantalons et chaussures à la main !!! Puis 20 jours de canicule, puis la pluie, du vent violent , puis grêle, neige... Affreux. La météo n’est pas toujours comme cela, mais mars début avril sont des périodes où il n’est pas rare d’avoir du mauvais temps.
Buen Camino et Ultreïa !
JPH

XavierAPie
26 février 2018

Sanabres début mars.

Bonjour René,

Ayant cheminé sur la Via de la Plata en Décembre dernier, via le Camino Sanabres, j’ai eu la chance d’avoir souvent un beau soleil mais accompagné d’un grand froid, et pas mal de vent ! Voici mes impressions :
- Avoir un bon équipement pour le froid et pour la pluie (Mars peut être très humide dans cette partie de l’Espagne)
- Concernant tes craintes quant à la neige : il peut certes y en avoir, mais pas d’inquiétude particulière à avoir à mon sens (si tant est que tu sois un pélerin "relativement aguerri"...entre guillemets, j’insiste...et je pense que tu l’es)...certes il y a des passages de moyenne montagne, mais ce n’est pas l’Himalaya non plus). Les passages à 1400m sont en fait 2 cols situés après Puebla de Sanabria...le 1er (Padornelo) se franchit par la route, donc pas de souci particulier, si ce n’est d’être très vigilant quant à la circulation due aux travaux de l’AVE (train à grande vitesse) - j’ai souvenir d’un passage de viaduc sans espace protégé sur le bord de la chaussée, dans un virage, pour lequel j’avais été très rapide et très attentif aux bruits des camions arrivant, afin d’anticiper mon placement et le fait de me signaler à eux par des gestes + le franchissement d’un tunnel sur un petit bout de trottoir)...le 2nd (A Canda), qui marque ton entrée en Galice, se fait par des sous-bois, en cas de trop mauvais temps, il y a semble-t-il une alternative par la route (tu pourras, je pense, demander des infos au bar de Lubian si tu choisis cette option).
Pour Padornelo, je t’invite à suivre au maximum le tracé par la route, car le "chemin officiel" semble mal balisé et moins accessible du fait des nombreux chantiers.
- Pour les autres passages en "altitude", entre A Gudina et Campobecerros, tu seras à environ 1000m...superbes paysages...cheminant en permanence le long d’une petite route, peu circulante, tu ne devrais pas rencontrer de difficultés particulières. Ensuite, tu auras la montée vers Albergueiria : à mon sens, pas de difficulté outre mesure non plus...et tu pourras t’arrêter au mythique "Rincon del Peregrino" chez Luis en haut de cette montée casse-pattes.
Après, tu ne seras pas au-dessus de 800m, donc ça devrait aller je pense.

De mon expérience hivernale, je retiens surtout le froid (altitude + vent)...bon équipement pour le jour comme pour la nuit à prévoir.

Si je peux me permettre quelques "conseils", quelques remarques quant aux étapes :
- Zamora = très jolie ville et top albergue municipale
- Montamarta = pas d’albergue, mais une très bonne casa rurale (20€) avec un très bon accueil de la propriétaire = El Molino
- Ne pas manquer de faire étape chez José à Tabara
- Top albergue à Rionegro del Puente et merveilleux repas chez Luis, à l’Associacion gastronomica "Me Gusta Comer", avec un accueil très chaleureux
- Puebla de Sanabria : 1 seul albergue, fermé quand je suis passé. J’ai quand même croisé la propriétaire, ai voulu lui demander des infos pour du logement...elle m’a superbement ignoré, malgré mon sourire, mon espagnol plutôt correct et mon gros sac à dos ne faisant aucun doute sur mon "statut"de pélerin. Puebla de Sanabria est un village très touristique...les logements, autres que l’albergue, sont onéreux (j’avais dormi à l’hôtel "Carlos 3" pour environ 30€...mais avec desayuno et casse-dalle pour le lendemain midi)
- Entre Puebla de S. et Laza : si tu optes pour des logements privés, il y a pas mal de chambres réservées pour les ouvriers des chantiers de la ligne de train...mais j’ai toujours trouvé sans difficulté.
- Laza : je ne m’y suis pas arrêté dormir, mais l’accueil y semble excellent, au vu du moment passé avec le responsable de l’albergue qui m’a donné nombre d’infos
- Albergueria : chez Luis, le mythique "Rincon del Peregrino"
- Vilar de Bario : très bon albergue municipal et top resto "à l’ancienne" juste en face (pas vraiment d’enseigne, ne pas chercher un "vrai" bar-resto, mais plutôt une petite mamie adorable dans sa salle)
- Après Cea, le détour par le monastère d’Oseira vaut le coup, même si chemin est plus long et plus difficile (ne pas prévoir de dormir au monastère...il ne semblait pas y avoir d’accueil quand je suis passé)

J’ai adoré l’expérience que j’ai vécu sur ce Camino Sanabres : très solitaire, mais un accueil et une chaleur humaine de la part de la population locale absolument merveilleux !!!
Très peu fréquenté les mois d’hiver, les rencontres que j’y ai faites, les moments partagés avec les locaux ont été d’une richesse exceptionnelle.
Parler à peu près correctement espagnol est indéniablement un plus...les locaux y sont sensibles et tu peux ainsi recevoir bon nombre d’infos sur les étapes à suivre.

Buen Camino...disfruta muchisimo

Philippe
27 février 2018

Sanabres début mars.

Merci Xavier d’avoir évoqué le monastère d’Oseira. A mon avis il faut faire le détour et prendre le temps de visiter. 45mn la visite organisée, ce n’est pas si long.
Face au monastère il y a un petit bar avec de quoi se restaurer. Et il y a un hébergement possible pour les pèlerins dans une annexe extérieure du monastère. C’est spartiate mais très propre et si j’ai bonne mémoire, là les hospitaliers sont belges. Parler français après des semaines à bredouiller de l’espagnol, moi ça m’a reposé, petit plaisir certes mais appréciable.
Ultime précision, mais pas inutile : le monastère est une vrai glacière, à visiter avec un bon polaire ou équivalent.

Philippe
15 janvier 2018

Sanabres début mars.

Bonjour,
Couvrez-vous bien car il risque de faire froid.
J’ai parcouru la via de la plata de fin avril à fin mai, je craignais avoir trop de chaleur.
Erreur !! j’ai eu le vent et le froid pendant des jours, surtout à partir de Salamanca et jusqu’en Galice où là c’est plus doux.

4 réponse(s) ....

repondre message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
messages sur le forum

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document